Contenu principal

Pour quel public ?

Aujourd’hui, l’utilisation du support vidéo fait partie de notre quotidien. L’avènement du web 2.0. et avec lui celui de YouTube, Dailymotion et consorts, ont contribué à la démocratisation et à la diffusion massive de ce support.

Les vidéos sont tout aussi concernées par l’accessibilité numérique que les sites Internet ou les publications. En tant qu’outils de communication, elles se doivent d’être accessibles à tous, y compris aux personnes déficientes visuelles, auditives et moteurs. Cependant, pour qu’une vidéo soit rendue accessible, il ne suffit pas de traiter son contenu : il convient aussi – et c’est d’ailleurs la première chose à faire – la diffuser via un player qui soit, lui-même, accessible. Une vidéo, quand bien même son niveau d’accessibilité serait maximal, resterait inaccessible aux personnes en situation de handicap si elle était lue via un player qui ne répond pas aux normes d’accessibilité.

Pour une personne déficiente auditive, une vidéo peut être rendue accessible avec l’intégration dans un angle de la vidéo d’un acteur qui traduit en langues des signes les discours des personnages, les explications de la voix-off, ou les slogans.

Une autre option tout aussi efficace consiste en l’utilisation d’une transcription textuelle, celle-ci allant plus loin que le simple sous-titrage auquel nous sommes habitués avec les films en version originale : ce qu’on appelle le « transcript » couvre tout élément sonore qui, par définition, échappe aux personnes sourdes et malentendantes. Un player accessible permet d’activer ou de désactiver l’affichage du transcript.

Pour une personne déficiente visuelle, la transcription textuelle s’avère là aussi un outil très utile : les lecteurs d’écran (JAWS, VoiceOver…) peuvent prendre en charge la lecture audio du transcript, si toutefois le player est accessible. Mais c’est encore l’audio-description qui leur apporte le plus grand confort, car le texte est alors lu par une voix humaine, et non par une machine. L’audiodescription consiste en l’insertion d’une voix-off décrivant les images ou les scènes. Celle-ci est d’autant plus importante lorsque les séquences ne comprennent pas de paroles, ou alors en faible quantité.

Pour une personne présentant un handicap moteur qui l’empêche d’utiliser la souris, la vidéo en elle-même ne nécessite pas de traitement particulier. Mais cette personne ne pourra pas naviguer dans un player grâce aux raccourcis clavier auxquels elle est habituée si celui-ci n’est pas accessible, et ne pourra donc ni lancer la vidéo, ni la mettre en pause, ni la visualiser en plein écran, etc.

D’une manière générale, l’accessibilité des vidéos sert l’ensemble des utilisateurs sur Internet, y compris les utilisateurs sans handicap. Nombreux sont les ordinateurs de travail à ne pas avoir de carte son. Par ailleurs, certains utilisateurs se trouvent souvent dans des situations où ils ne peuvent pas activer le son : espace public, open-space, etc. Le sous-titrage et la transcription se révèlent alors très utiles pour ces publics.

Toutes les fonctions mentionnées plus haut, et bien d’autres encore, sont intégrées à PubliWatch Player. Celui-ci comporte en outre la particularité de permettre à l’utilisateur d’activer ou désactiver tous les éléments d’accessibilité de la vidéo.


Pied de page